Le Collège d'Alzon

Vie de château : le Collège d'Alzon à travers le 20e siècle (4e partie)
par Ann Zabus et Benoît Strépenne

Télécharger ce document au format pdf

Campé dans un petit village,
entouré de prairies tranquilles, l'Alumnat Notre-Dame de l'Assomption aurait pu s'isoler du monde. Mais au contraire, au fil de son histoire, l'école qui deviendra le Collège d'Alzon a toujours veillé à suivre le meilleur de l'évolution sociale tout en assurant à ses jeunes une formation solide et réfléchie, dans une ambiance familiale. Les mêmes valeurs l’animent depuis plus de cent ans.

Les années cinquante, soixante et septante
modifient profondément la vie sociale. En 1966, le Concile Vatican II adapte le monde chrétien à la seconde moitié du vingtième siècle. Le P. Richard Maas, devenu directeur en 1964, oriente son établissement dans le sens de l'ouverture au monde moderne. En 1967, prenant le nom du fondateur de la congrégation, l’Institut devient le Collège d’Alzon et manifeste ainsi son évolution d’une institution pour vocations religieuses à un établissement ouvert à tous les jeunes gens.

En 1970,
à l’initiative du P. Pierre Charon, directeur en 1969, l’aile de la salle de théâtre, plus courte jusqu’alors que celle de la chapelle, est prolongée et le U qu’est devenu le bâtiment principal prend ses dimensions actuelles.

À la rentrée de septembre 1972,
le Collège connaît une étape essentielle dans son évolution : cinq filles se glissent dans ses 138 élèves. En 2006, elles représenteront 51,9 % de sa population, soit 206 élèves sur un total de 399.

Le 20e siècle se termine
par un nouveau chantier : les premiers coups de pelle de la construction du hall omnisports sont donnés en mai 2000. Inauguré lors des fêtes du centenaire de l’établissement, le 14 octobre 2000, il est le signe concret de la confiance avec laquelle le Collège d’Alzon se prépare au 21e siècle.


Page précédente: L'Institut Marie-Médiatrice
Page suivante: Les bâtiments