Géographie

Le renouvellement de la géographie, à partir d’une problématique, d’un ensemble de démarches et de concepts plus assurés, plus précis, mieux articulés, offre les moyens de rendre son enseignement dans les écoles plus dynamique, plus proche des préoccupations des élèves, plus formateur. Il ne s’agit plus de présenter une masse d’informations sur le monde contemporain, ou d’établir un tableau raisonné de tous les phénomènes, tous les processus, tous les aménagements observables à la surface de la Terre, tâche encyclopédique, irréalisable, et au demeurant peu scientifique. La géographie veut simplement donner les moyens d’une réflexion sur les problèmes qui se posent aux sociétés humaines, l’utilisation, l’aménagement, l’organisation de la portion d’espace terrestre qu’elles occupent. Il s’agit de problèmes graves, humains, envisagés dans toute leur épaisseur, leur complexité, leur dynamique, grâce à la démarche systémique ; avec une attention toujours marquée à la dimension spatiale et aux aspects écologiques des situations évoquées, ainsi qu’à la recherche de solutions concrètes. Enseigner la géographie, ce n’est pas distribuer des connaissances, en suivant un plan traditionnel, stéréotypé, une liste de rubriques juxtaposées ; c’est aider les élèves à se poser des problèmes géographiques qu’eux-mêmes devront maîtriser quelques années plus tard en tant que citoyens en tenant compte des capacités réelles des adolescents, et du temps dont on dispose dans l’année !

G. Hugonie, 1989. – Enseigner la géographie actuelle dans les lycées, L’Espace géographique, t. XVIII, n° 2, p. 132

Sans prétendre former de futurs géographes,
le cours de géographie doit donner à l’élève au terme du cursus, des moyens pour se situer face aux nombreux enjeux spatiaux du monde qui l’entoure.

Au deuxième degré,
le cours se base sur l’analyse de la structure spatiale de territoires urbains et ruraux, les interrelations homme-environnement, les atouts et contraintes du milieu naturel.

Au troisième degré,
le cours aborde, en plus, des questions géopolitiques et géoéconomiques 

Pour atteindre ces objectifs,
les élèves exercent cinq compétences :

  • traiter des informations ;
  • mettre en relation des informations ;
  • mobiliser savoirs complexes étudiés, modèles et théories ;
  • synthétiser sous diverses formes (cartes, schémas fléchés, textes) ;
  • prendre une position personnelle argumentée.

Lors du travail de ces compétences,
les élèves sont entraînés à l’acquisition de savoir-faire et de notions théoriques.

Le cours de géographie privilégie :

  • le travail sur documents : textes, cartes, photographies aériennes ou satellites, statistiques. Les productions des élèves sont également souvent visuelles : des cartes, des schémas fléchés, des graphiques...
  • le travail en groupe lors des périodes d’apprentissage ;
  • la recherche personnelle.

Le cours de géographie vise
à rendre les élèves autonomes dans leur apprentissage.

L’école dispose d’un local spécifique bien équipé :
ordinateur, connexion internet, tableau interactif, cartes murales, atlas...

Régulièrement,
des expositions sont réalisées par les élèves sur des problématiques sociétales. Quelques sujets traités ces dernières années : les peuples autochtones, l’eau, les matières premières, la filière du coton, le travail des enfants dans les plantations de cacao, l’agriculture. Ces expériences permettent souvent la rencontre d’acteurs de terrain et favorisent l’ouverture au monde.


Page précédente: Histoire
Page suivante: Éducation physique